Manon Coquelin : « Mon objectif, devenir une vraie joueuse de NF1 et ne pas être seulement la jeune qui aide… »

Toujours croire en ses rêves, persévérer et rester humble dans son travail et dans ses performances, Manon Coquelin, 19 ans, évolue au sein du club de l’ALA Le Havre Basket et a toujours voulu s’améliorer dans ce sport. Entre études où elle est actuellement en 2éme année de DUT Carrières sociales options animations sociales et socioculturelles et basket, cette jeune joueuse n’a qu’un seul objectif en tête : Progresser, progresser et encore progresser ! Nous avons eu le plaisir de l’interviewer. Elle nous parle de son parcours, de sa saison actuelle et de ses passions.

Salut Manon, présentes-toi, qui -es tu ?

« Je m’appelle Manon COQUELIN, je suis née le 17 août 1998, donc j’ai 19 ans. Actuellement j’évolue au sein du club de l’ALA Le Havre Basket en N3 et en N1. Et je suis en deuxième année de DUT Carrières Sociales option animation socioculturelle. Depuis jeune j’allie Basket et études et ça dure ! »

Parles-nous de ton parcours ?

« J’ai commencé le basket toute petite avec ma mère qui m’entraînait, à Maintenon près de Chartres. Ensuite j’ai déménagé en Indre et Loire et j’ai fait mes premières compétions individuelles, c’est là que je suis parti jouer à l’AS Fondettes. J’étais surclassée en poussines, puis en benjamines, à partir de là je suis entrée en section sportive et commencer à allier basket et étude. j’ai finalement changé de club, je suis allée à joué lès Tours pour être surclasser en minimes région. Ensuite, j’ai été prise au pôle centre pendant deux ans à Bourges. J’ai fait les TIL et CIL. Après je suis partie jouer à l’AB Chartres en Cadettes France, on a fini vice championne et N3. L’année d’après, je faisais cadette France et pré-nat, puis entraînement et banc ligue 2. L’année suivante même chose, juste entraînement ligue 2 par contre. Puis, Albena Branzova que je connais depuis que j’ai 12 ans m’avait demandé de venir jouer pour son équipe à Montréal au Canada, à condition d’avoir mon bac, que j’ai finalement eu donc j’y suis allée. J’ai eu la chance d’avoir une bourse d’étude, et d’évoluer en ligue universitaire, de faire les playoffs et de découvrir une autre culture, donc c’était vraiment une superbe expérience. J’ai finalement décider de revenir en France car la vie coûte chère la bas. Ma seule condition était de pouvoir continuer mes études, ce que j’ai eu l’occasion de pouvoir faire au Havre allier basket et étude encore une fois.. »

Quel bilan fais-tu de ce parcours ?

« Je dirai que j’ai eu un parcours “dévié” c’est à dire que j’ai pas fait centre de formation ou bien l’Insep ou équipe de France. Mais malgré ça, je n’ai jamais voulu abandonné , j’ai toujours cru en mes rêves, que je pouvais atteindre le haut niveau et aujourd’hui je pense que je suis en train de l’atteindre grâce à ma persévérance et à ma détermination, mon envie et mon amour que j’ai pour le basket. Et grâce à tous les coachs et les formations que j’ai pu avoir, ils se reconnaîtront. Je pense à quelques uns en ce moment par exemple, ma maman, Christian Blachier, Aurélien Querol, les coachs de sélections, Vincent Royer, le staff du pôle, Benoit Marty, Albena Branzova et Laurent Chamu dernièrement qui m’a laissé ma chance. Donc un parcours positif jusqu’ici et j’espère que ça continuera. »

Aujourd’hui, où en es-tu ? 

Alors aujourd’hui, en venant au Havre après Montréal je voulais trouver un endroit où je pouvais continuer mes études et de niveau national, là notamment c’était N3 où j’aurai accès aux entraînements de l’équipe première, et “par chance” une mutée s’est blessée et le coach m’a laissé ma chance en N1, j’ai eu du temps de jeu, je me suis donné, j’ai saisi ma chance et réussie à convaincre que j’avais ma place à ce niveau et j’ai son pu faire 11 matchs à ce niveau cette saison. En N3, on vient de se qualifier en playoffs pour la monter en N2 donc parfaite saison, on a atteint voir, dépasser les objectifs de départ du coach. En N1 on est maintenu et c’est le principal. »

il faut continuer de travailler et rester humble, peut importe les circonstances….

Quels regards-portes-tu sur tes performances personnel ?

« Je me dis que j’ai progressé et que je continue de progresser. Mes performances, je fais juste prendre les opportunités sans stresser. Tout en travaillant dur à l’entraînement également. La preuve avec un match contre Dunkerque avec la NF1 où j’ai fait une grosse performance,  je fini meilleure marqueuse de l’équipe dans la victoire mais malgré ça j’ai toujours appris que l’on a rien sans rien et que si je veux continuer à performer ainsi bien il faut continuer de travailler et rester humble, peut importe les circonstances. »

Avec la NF1, je pense que l’on a fait une excellente deuxième partie de saison, la première était catastrophique et cela nous a coûter cher au classement, c’est pourquoi je pense que l’on aurait du être plus haut dans le classement et que par rapport à notre deuxième phase, on mérite aussi. Avec la NF3, scénario inattendu mais parfait à nos yeux. L’objectif de base était le maintien et le top 5. Au vu de nos résultats, le coach nous a mis au défis de finir devant toutes les équipes normandes. Au final, on termine 2éme et devant toutes les équipes normandes. Et en bonus, on participe au playoffs pour la montée en NF2. »

Quel est ton objectif ? 

« Progresser, progresser et encore progresser! Plus sérieusement, devenir une vraie  joueuse de NF1 et ne pas être seulement la jeune qui aide. Monter en niveau et jouer toute ma vie au basket ! En dehors, je dirai voyager ! Et au niveau de mes études , j’envisage une licence pros intervention sociale: médiation par le sport. Sinon je reprendrai un BPJEPS. »

As-tu des dédicaces à faire ?

« Dédicaces à ma Team wakanda gang ; mon équipe N3 Le Havre ; mes petites ; Mes amis de l’UQAM ; ma maman ; ma famille entière en faite. »

Quelles sont tes autres passions ?

« La danse, j’adore danser depuis petite. J’étais assez douée. D’ailleurs lorsque j’allais rentrer en 6éme j’avais le choix des tests de section sportive basket ou conservatoire de danse classique puis j’ai finalement gardé le basket. J’ai arrêter la danse pendant deux ans puis j’ai repris, j’ai pratiqué différents styles : classique, moderne, hip-hop, salsa… j’aime vraiment ça. Et l’animation, qui rejoint mes études, j’adore encadrer des jeunes, entraîner, coacher. »

Que fais-tu à coté du basket ?

« J’étudie, je suis en 2éme année de DUT Carrières sociales options animations sociales et socioculturelles. Puis j’entraîne des équipes de jeunes. »

À propos Mallory

Passionné par le sport et la communication sportive, Mallory est depuis 2014 responsable du site 5by5.fr. N'hésitez-pas à le contacter pour une demande d'interview ou pour toutes autres demandes par rapport à 5by5 !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

A lire ensuite

Caroline Hériaud : « Faire le mondial 3×3, ce serait incroyable…. »

Caroline Heriaud joueuse au sein de la Roche Vendée Basket a été sélectionné en janvier ...

Maxime Lami : « J’ai choisi le projet du Havre avec un … »

C’est l’équipe du Havre qu’a choisi Maxime Lami pour progresser et apporter son savoir faire ...