Interviews

Anne-Lise Mipoka : « J’ai signé à Voiron car c’était le meilleur projet dans lequel je me voyais évoluer… »

Formé principalement à Bourges après avoir commencé le basket dans le club de Lardennes à Toulouse, Anne-Lise Mipoka vient de s’engager à Voiron en vue de la saison 2019-2020 en Nationale 1 féminine, un nouveau projet pour elle qu’elle considère positif, et une ville où il fait bon de vivre nous a t-elle confiée ! « J’ai signé à Voiron car c’était le meilleur projet dans lequel je me voyais évoluer. C’est un chouette club dans lequel les personnes sont très accueillantes et toujours prêtes à aider. ». De Bourges où elle a connu ses premières expériences pros jusqu’à Voiron, la petite soeur de Jean-Michel Mipoka, joueur de Gravelines, s’est confiée et nous parle de ses performances, de ses expériences à Bourges et de son transfert à Voiron. Entretien inédit.

Salut Anne-Lise, peux-tu nous parler de toi ?

« Bonjour, Je m’appelle Anne-Lise Mipoka j’ai 18 ans et je suis originaire de Toulouse. »

Quel est ton parcours ?

« J’ai commencé le basket à l’âge de 10 ans, dans le club de Lardennes à Toulouse, je suis ensuite passée par l’Astro BC, j’ai fait deux années de minimes France à Colomiers puis une année au TMB. J’étais également pensionnaire au CREPS de Toulouse au pôle espoirs. »

Quel bilan en fais-tu ?

« Cela n’a pas toujours été très facile, à la base j’ai commencé le basket pour pratiquer une activité physique, je ne pensais même pas faire tout ça. Je me souviens qu’au pôle, l’adaptation fut quelque peu difficile, et Guillaume ne me laissait vraiment rien passer mais je le remercierai jamais assez car c’est en parti grâce à lui que je suis la joueuse que je suis aujourd’hui. Alors si je devais en retenir une chose, c’est que malgré tout ce qui peut arriver au court de ta carrière, il faut continuer de travailler, et surtout continuer de croire en soie car ça, personne ne le fera à ta place ! »

Tu viens de faire plusieurs saisons à Bourges, quel est ton rôle dans l’équipe, comment juges-tu tes performances ?

« Dans l’équipe espoir, les premières années j’avais plutôt un rôle défensif, j’avais souvent pour mission de défendre la joueuse la plus forte en face. Sur la dernière année, j’ai réussi à m’imposer un peu plus dans un rôle offensif. En ce qui concerne l’équipe, je suis très contente de notre performance cette année, au delà du fait que nous avons perdu en finale, je pense qu’il reste important de se souvenir que nous finissons invaincues dans le championnat espoir, ce qui n’a pas été facile au vu des équipes que nous avions en face, et deuxième au classement fédéral. Personnellement, je pense avoir passé un cap, qui s’est caractérisé par des performances plus régulières en match. »

Anne Lise, à Bourges tu as fais parti principalement de l’équipe espoir mais tu as fais quelques apparitions avec les pros, une fierté pour toi ?

« C’est une fierté oui, tout le monde n’a pas la chance de faire le banc des pros à Bourges. On ressent une certaine excitation liée au fait que le coach peut faire appelle à nous à tout moment du match ! »

Et puis à ce moment là, tu n’as pas trop le temps de penser à qui que ce soit. »

Lorsque tu es entrée en jeu avec les pros, qu’as-tu pensé à ce moment là ?

« Très honnêtement, je me suis juste dis « ne fais pas n’importe quoi ». Et puis à ce moment là, tu n’as pas trop le temps de penser à qui que ce soit. »

Y-a t-il une joueuse qui t’impressionne ?

« Oui, Julie Allemand. Elle est jeune mais elle impose son style de jeu, elle n’a pas froid aux yeux, et elle se donne à fond. »

L’équipe de Bourges a remporté la Coupe de France à Paris, tu étais présente sur le banc des pros ce jour là, que peux-tu nous dire sur ce match, sur l’ambiance ?

« Il y avait une très bonne ambiance dans le vestiaire comme sur le terrain, c’est Bercy donc l’ambiance ne manque pas. Le match était très intéressant et ne manquait pas de suspense, c’était une belle expérience. Pour ma deuxième apparition à Bercy, je rentre avec une deuxième médaille d’or et j’en suis très fière ! »

Quels sont tes objectifs ?

« A court terme, participer à une compétition internationale avec ma génération et puis à long terme, évoluer dans un grand club de Ligue Féminine ! » 

Est-ce un avantage d’être la petite soeur d’un joueur pros ? Quelle relation as-tu avec lui ?

« Alors oui et non. Oui parce qu’il a le recul nécessaire pour me conseiller dans mes choix, et prendre le temps de m’expliquer certaines situations de jeu dans lesquelles j’ai des doutes. Et non, parce qu’il est souvent intransigeant, parfois tu l’appelles juste pour te plaindre et dramatiser, et il ne le voit pas du même œil, donc c’est souvent compliqué dans ces moments. En ce qui concerne notre relation, je dirais que c’est vraiment mon conseiller, j’avoue que dès que je panique, je l’appelle. »

Anne-Lise, tu viens de t’engager à Voiron, pourquoi avoir choisi ce club là ?

« J’ai signé à Voiron car c’était le meilleur projet dans lequel je me voyais évoluer. C’est un chouette club dans lequel les personnes sont très accueillantes et toujours prêtes à aider. La salle est toujours pleine et les supporters sont à fond et c’est très plaisant de jouer dans une salle avec une telle ambiance. L’environnement me paraît propice à une bonne progression, le staff est très complet et très compétent. Avec un staff comme celui-ci, les joueuses auront un esprit sain dans un corps sain. De plus, j’y étais souvent l’année dernière pour les différents stage 5*5 donc la ville ne m’est pas inconnue. »

Merci à Anne-Lise Mipoka et bonne chance à elle !

Étiquettes
Afficher la suite

Mallory

Passionné par le sport et la communication sportive, Mallory est depuis 2014 responsable du site 5by5.fr. N'hésitez-pas à le contacter pour une demande d'interview ou pour toutes autres demandes en rapport avec 5by5 !

Articles en relation

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer