La VienneBasket régional

Anthony Brottier : “Je suis très attaché au monde du sport, il y a une richesse associative et sportive importante à Poitiers…”

Novice dans la politique, Anthony Brottier, 33 ans est candidat pour la Mairie de Poitiers. Aujourd’hui, directeur régional d’un organisme paritaire collecteur agréé, souvent abrégé en O.P.C.A, il a grandi à Poitiers, fait ses études dans cette ville et travailler notamment au Cned mais également dans un ehpad où il a été directeur ! Son parcours, ce qu’il l’a poussé à faire de la politique, son regard sur l’Arena Futuroscope, son avis sur les clubs sportifs et notamment le PB86, nous avons eu le plaisir de le rencontrer !

Salut Anthony, peut-tu nous parler de toi et de ton parcours ?

“Je m’appelle Anthony Brottier, j’ai 33 ans, je suis né ici à Poitiers, j’ai grandi ici, j’ai été au collège Camille Guérin, lycée Aliénor d’Aquitaine, et à la fac à Poitiers et je suivais un parcours un peu particulier, qui existe toujours, mais le niveau a un peu baissé, c’était les sections sports études judo, donc j’étais dans cette section là, puis il y avait un pôle France à Poitiers, j’ai toujours été un mordu de sport et je l’ai toujours pratiqué même si là, ça se réduit un peu à la course à pied. Après mes études, j’ai fait un service civique dans une association sportive puis après j’ai été directeur d’ehpad pendant quelques années, j’ai travaillé au Cned pendant 4 ans, et depuis 2 ans, je suis directeur régional d’un organisme paritaire collecteur agréé, souvent abrégé en O.P.C.A, je finance la formation professionnelle des agents de la fonction publique hospitalière.”

Un parcours très intéressant, qu’est-ce qui t’a amené vers la politique ?

“Ce n’était pas quelque chose que j’avais écrit dans ma carrière, parce que j’ai mon travail, j’ai ma femme et mes enfants, mais il y a un peu plus d’un an, nous avons commencé avec d’autres personnes a allé à la rencontre des poitevins pour voir ce qu’il fonctionner ou non dans la ville et puis rapidement on sait rendu compte que l’on pouvait porter un projet différent pour Poitiers et ce qu’avait montré le président de la République en 2017, pouvait être accessible à d’autre, et qu’il n’y avait pas besoin d’avoir fait de la politique pendant 20 ans pour s’engager et que même si moi, je ne m’étais jamais engagé avant, il n’y avait pas de raison que je ne puisse pas le faire, donc comme j’ai 2 jeunes enfants, je me suis dit que c’était à nous de prendre nos responsabilités pour défendre le Poitiers que l’on veut demain, un Poitiers écologique, un Poitiers divers, solidaire et dynamique, et que si personne ne le faisait à ma place, il fallait que je prenne mes responsabilités.”

Aujourd’hui, tu es candidat pour être élu à la Mairie de Poitiers, qu’est-ce qui te différencie des autres candidats ?

“Par rapport à d’autres candidats, je n’ai jamais eu de mandats électorales, que ce soit à Poitiers ou ailleurs, donc je suis vraiment un novice dans le monde de la politique, je crois aussi que j’ai les pieds sur terre, aujourd’hui je me lève tous les matins pour aller travailler, je ne suis pas déconnecté de la réalité et la grande différence, c’est que nous notre programme, on ne l’a pas fait seul dans notre coin, nous sommes allés sur le terrain discuter avec les poitevins, en faisant du porte à porte pendant plus d’un an, on a frappé à des milliers de portes, et le programme que l’on propose, ce n’est pas le programme d’Anthony Brottier et de son équipe, c’est le programme de nombreux poitevins qui ont contribué à cela au fur et à mesure des mois et des rencontres.”

Comment pourrais-tu te définir ? 

“Je dirais simplicité et accessibilité, je suis quelqu’un et j’essaie de le rester, quand on s’engage dans une campagne, ce n’est pas tout le temps évident, mais j’aime les gens, j’aime discuter, et j’aime prendre du temps pour les autres, c’est aussi ce qui fait la richesse de notre démarche, ces caractéristiques reflètent bien de qui je suis et cela me différencie aussi des autres candidats.”

Quels regards portes-tu sur la construction de l’Arena Futuroscope ?

“Je crois que c’est un beau projet qui a mis du temps à se lancer, il aurait fallu que Poitiers accompagne le projet depuis longtemps, cela a traîné pour s’y engager mais l’essentiel c’est que cela puisse enfin se faire et j’espère que ça sera une belle réussite.”

On va évoquer le monde sportif de la Vienne et notamment le PB86, l’un des clubs sportifs important de la Vienne, qu’est-ce que tu penses de ce club ?

“Je suis très attaché au monde du sport, il y a une richesse associative et sportive importante à Poitiers, que ce soit dans le basket ou dans d’autres sports, rugby, handball, football ou volley, je crois que ses clubs là ont besoin d’accompagnement, ils ont été mis en difficulté avec la création de la nouvelle région avec les déplacements plus loin notamment et des subventions qui n’ont pas été revus, on a toujours besoin d’accompagné les clubs sur le plan sportif et plan de la formation. Le PB86 fait un beau travail, il faut le saluer, même si cette année, la saison est très compliquée, ce sont les aléas d’une équipe sportive de haut niveau mais le club arrive à bien travailler sur la formation et il ne faut surtout pas perdre de vu, qu’un équilibre d’un club, il tient par ses bénévoles, par ses partenaires, ses supporters, et la formation des jeunes, et que l’équipe professionnelle ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, il ne faut surtout pas oublier ce qu’il y derrière.”

Es-tu supporter du PB86 ? Vas-tu les voir ?

“Oui ! Cela m’arrive d’y aller, je ne peux pas aller à tous les matchs mais bien-sûr, je les encourage ! Puis je suis supporter de toutes les équipes sportives de Poitiers !”

Connais-tu des joueurs en particuliers ?

“Oui, j’en connais quelqu’un, Kévin Mendy évidement, Pierre-Yves Guillard, oui je connais des joueurs, je suis de près, je suis attristé mais probablement comme eux, de la la saison que le club traverse et j’espère que ça ne remettra pas en question la dynamique du club.”

Es-tu inquiet à titre personnel ?

“Sur le sportif non car cela fait parti des aléas, il y a forcément des équipes qui descendent à la fin d’une saison et d’autres qui montent, après il ne faut que cela remette en cause tout un projet, et que la structure du club se délite suite à ça, il faudra être vigilent sur l’année à venir, sur l’accompagnement de la ville pour s’assurer que les fondations se s’écroulent pas, je crois que sans être inquiet, il faut être prudent.”

Aurais-tu des conseils à leur apporter ?

“Je ne suis personne pour donner un conseil, chacun à sa place, je me doute que chacun fait du mieux possible et surtout que personne ne lâche,une saison se termine lors du dernier match, qu’à la fin, il ne faut surtout rien lâcher et y aller le couteau entre les dents.”

Quelle est ta politique sportive ?

“Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que le sport est un équilibre entre le sport amateur, la formation, et le sport professionnel et finalement la formation c’est ce trait d’union entre le sport amateur et le sport professionnel, et si dans les années avenirs, on devait mettre l’accent sur quelque chose, c’est sur cette formation. On peut le voir avec le Stade Poitevin Rugby et on peut peut-être les accompagner pour aller plus loin, il y a aussi un événement majeur qui arrive, c’est le Tour de France, et il faut que l’on garantisse cela ! Pour la Gamers Assembly, c’est la même chose, c’est un événement important, et on peut faire plus, il faut créer un dynamisme dans la ville de Poitiers et imaginer des navettes gratuites pour cet événement entre le parc des expos et le centre ville, délocaliser des finales, voir une ville qui le temps d’un week-end soit au couleur de cet événement qui faite en plus ses 20 ans, c’est l’occasion rêver !”

Un grand Merci à Anthony.B pour cette interview ! Réagissez sur nos réseaux sociaux #5by5

 

Étiquettes
Afficher la suite

Mallory

Passionné par le sport et la communication sportive, Mallory est depuis 2014 responsable du site 5by5.fr. N'hésitez-pas à le contacter pour une demande d'interview ou pour toutes autres demandes en rapport avec 5by5 !

Articles en relation

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer