Sékou Oumar Doumbouya : « Mon objectif, c’est de franchir… »

A seulement 16 ans, il fait déjà parti des jeunes joueurs prometteurs, la preuve Sékou Oumar Doumbouya s’est sekou-2engagé du côté du Poitiers Basket 86 l’été dernier ! Comment ce jeune joueur qui au départ voulait faire du football a évolué jusqu’à signer dans le club poitevin en Pro B ? Il a choisi 5by5.fr pour se confier ! Interview inédite !

Sekou, présentes-toi, d’où viens-tu ?

« Je m’appelle Sékou Oumar Doumbouya, j’ai 16 ans, je viens d’Orléans. J’ai commencé le basket en 2012 à Fleury Les Audrais avec (Lamine Kébé) qui est toujours présent à mes côtés jusqu’en 2014, entre-temps j’ai intégré le pôle espoirs de la ligue du centre avec le coach (Nicolas Corbes) qui lui aussi fait parti de mon entourage puis je suis entré au centre fédéral pour la saison 2014-2015 et 2015-2016 et maintenant je suis au PB 86 (Poitiers en ProB). »

Parles-nous de tes débuts dans le basket ?

« J’ai fait mes débuts dans le basket en benjamins 2 puis minime France et le pôle espoir dans la même région, puis je suis arrivé au CFBB à L’INSEP là où j’ai passé deux ans en cadets France et en NM1 la 2ème saison . »

Pourquoi as-tu choisi de faire du basket ?

« A la base, je n’étais pas du tout basket,  je n’aimais pas ça, j’étais footeux, du reste pour information je suis supporter des verts de Saint-Etienne. Je suis arrivé dans le basket grâce à Benoît Burguet. Si j’en suis là, c’est en grande partie grâce à lui,  je lui dois énormément aujourd’hui, il fait parti de ma famille en quelque sorte.  Tout a commencé à l’entraînement d’un ami de classe où le coach m’a vu essayer de dunker puis il m’a dit de venir faire quelques entraînements voir si cela me plaisait donc j’ai essayé et j’ai accroché,  depuis je n’arrête plus. Evan Fournier me conseille également et je le remercie. »

Qu’as-tu appris au centre Fédéral ?

« Au centre fédéral, j’ai appris à être dur envers moi et même à me faire du mal pour avoir ce que je voulais grâce à Tahar Assed-Liegeon mon coach en Cadets et NM1 puis à  Jean Aimé Toupane qui m’a beaucoup aidé sur le terrain comme en dehors,  ils m’ont traité comme leurs fils,  ils étaient présents dans les bons moments comme dans les mauvais. »

Malgré ton jeune âge, tu fais parti des futurs grands, une fierté ?

« Oui je suis fier de moi, ce n’est que le début ! »

« J’ai eu des propositions un peu partout en France en Europe et aux USA….. »

En août tu t’es donc engagé du côté de  Poitiers, comment s’est passé ton transfert ?

« J’ai eu des propositions un peu partout en France en Europe et aux USA. J’étais en contact avec le coach poitevin (Ruddy Nelhomme) par l’intermédiaire de mon agent parce qu’il était au Brésil avec l’équipe de France à ce moment là. Poitiers, c’est un très bon club formateur, je suis encore jeune,  j’ai encore besoin de formation. Puis au niveau professionnel, le coach n’a pas peur de mettre un jeune sur le terrain jusque-là,  je suis satisfait de mon choix. »

15025357_536723276527541_3111912046516669879_o

photo : Jordan Bonneau

Quel est ton objectif à Poitiers justement ?

« Mon objectif au Poitiers Basket, c’est de franchir une étape de plus, apprendre,  me faire une place dans l’équipe et avoir une expérience professionnelle le plus tôt possible. »

En même temps, es-tu scolarisé ?

« Oui, je suis scolarisé au lycée Isaac de l’étoile en classe première. »

As-tu appréhendé tes premiers matchs ?

« Oui j’appréhendais beaucoup,  surtout sur mon premier match à domicile par rapport aux attentes du public et des coachs mais aussi individuellement je ne savais pas trop comment aborder le match amical contre Cholet et au final tout s’est bien passé, on a perdu que de 5 points contre une équipe de Pro A. Maintenant tout vas bien, je me sens très bien. Il y a une bonne cohérence dans l’équipe, une bonne ambiance aussi, les coachs me font confiance, c’est le plus important, ils me mettent sur le terrain et quand j’ai inscrit mes premiers points en championnat en octobre, j’étais stressé avant de marquer mais c’est fait, je suis content et je veux progresser. »

La concurrence te fait-elle peur ?

« Non pas du tout, il faut de la concurrence pour pouvoir progresser et apprendre justement, si il n’ y en a pas, on stagne ! »

Propos recueillis par 5by5.fr (Mallory Boutet) en août et novembre 2016, publié le 01/12/2016

Photos : Jordan Bonneau, Mickael Planes

Article L-122-4
Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayant droit ou ayant cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque.

 

 

À propos Mallory

Passionné par le sport et la communication sportive, Mallory est depuis 2014 responsable du site 5by5.fr. N'hésitez-pas à le contacter pour une demande d'interview ou pour toutes autres demandes par rapport à 5by5 !
x

A lire ensuite

Edgard Ceccarelli : « J’ai envie de devenir l’un des meilleurs arbitres français ! »

A quelques jours de la reprise des différents championnats de basket, nous sommes allés à ...

Tournoi Nouvelle Aquitaine : Le programme

Après la défaite à Tours puis la victoire à la Rochelle, le PB86 continue sa ...