Robin Arnaud : « L’arbitrage, une belle passion pas toujours simple… »

img_1870

Robin.A

Dans le monde de l’arbitrage depuis cinq ans, mais également étudiant en 2ème année de Droit, Robin Arnaud officie sur les terrains après avoir obtenu son concours et a un  objectif précis : « aller au plus haut niveau dans lequel je serai un bon arbitre. » Dans un entretien inédit, il s’est confié sur sa passion pour l’arbitrage où il évoque notamment les relations entre les entraîneurs et les arbitres justement.

Robin, présentes-toi en quelques lignes ?

« Je m’appelle Robin ARNAUD, j’ai 18 ans, je suis actuellement en Licence 2ème année de Droit, et depuis 5 saisons j’officie en tant qu’arbitre sur les terrains de la région Poitou-Charentes et de la zone Ouest (Bretagne, Basse Normandie, Pays de la Loire, et Poitou-Charentes). J’ai passé un concours pour devenir arbitre Championnat de France en 2013 et j’effectue en ce moment ma seconde saison dans la division CF2 (Nationale 3 Masculine / Nationale 1 Féminine et Championnat de France U15 et U18). »

Parles-nous de cette passion pour l’arbitrage ?

« Tout d’abord, cette passion n’aurait pu exister si elle ne m’avait pas été transmise. Et pour ça, je remercie du fond de mon cœur celui qui a rendu tout cela possible quand à l’âge de 13 ans il a osé me lancer dans le grand bain. Je remercie donc le grand monsieur qu’est Dominique SEUREAU, ancien arbitre Pro B de la Vienne à qui je dois tout ce petit bout de parcours, et tout ce qui a pu m’arriver jusqu’alors et qui m’arrivera dans le futur. Ensuite, cette passion je l’ai vécu dès mon plus jeune âge, et à vrai dire dès que j’ai commencé le basket, ma première coach, présidente actuelle du Comité Départemental du 17, Sylvette GOURDON (que je remercie aussi de m’avoir mis le sifflet dans les mains) nous a avec l’équipe de U9 de mon premier club incité à siffler les oppositions de nos entraînements. Et j’ai ADORÉ !! Je n’étais pas très bon, mais j’ai de suite aimé cela ! Ensuite, comme je le disais, il faut être détecté et formé par les bonnes personnes, et j’ai eu la chance de bénéficier d’une formation me permettant d’atteindre le niveau que j’ai aujourd’hui. Je dois donc pour beaucoup ma passion à ceux qui ont su la réveiller en moi, et je ne peux qu’aujourd’hui leur rendre cet immense mérite. »

Comment arrives-tu à gérer tes études et l’arbitrage ?

« Au lycée, je n’avais pas réellement de statut particulier et donc je devais faire avec, prendre de l’avance sur mes devoirs, mes révisions. C’est une contrainte évidemment de devoir travailler pour les études la semaine pour pouvoir me rendre sur les terrains le Samedi et le Dimanche. Cependant, je suis toujours parti du principe que c’était mes études avant l’arbitrage, et je suivrai toujours cela. Donc à moi de m’organiser pour concilier les deux. J’ai la chance depuis l’année dernière, grâce à l’Université de La Rochelle de bénéficier d’un statut particulier et de pouvoir aménager mes horaires afin de concilier au mieux mes deux principales occupations de la semaine, et je remercie l’Université de me permettre cela dans les meilleures conditions. »

Que penses-tu des relations entre les joueurs, coachs, et le monde des arbitres ?

« Elles ne sont malheureusement selon moi pas idéales. Mais si elles ne le sont pas, c’est qu’il y a un problème qui vient des deux côtés. Les coachs ne se sentent pas (pour certains, ne généralisons pas) écoutés par les arbitres et ne les voient que comme des personnes qui sanctionnent le moindre écart de leur part. Et du côté des arbitres (ne généralisons pas également) il arrive que certains coachs tiennent des propos qui ne sont pas très agréables envers certains arbitres et certains dépassent même certaines limites du respect. J’ai vu certains jeunes arbitres en formation cette année sortir de matchs en pleurant, et je trouve dommage que ces arbitres arrêtent ce qui pourrait être leur passion future pour des mauvaises relations généralisées entre arbitres et coachs. Je trouve dommage que ce mal ne se résorbe pas, il serait peut-être bon de résoudre cela par des stages communs entre coachs et arbitres comme cela essaye de se mettre en place, tout cela afin d’œuvrer vers une réussite commune : que les joueurs puissent jouer au basket correctement, et que tout le monde puisse collaborer dans ce sens. Je regrette aussi que certains parents dans les tribunes soient plus insupportables que supporters, et ne donnent plus envie aux jeunes arbitres en formation de continuer à progresser et découragent nos jeunes. J’entends beaucoup de choses dans les tribunes les week-ends sur les arbitres, quel dommage d’avoir tant d’incivilités dans les tribunes. Notre fonction n’est pas simple, mais elle n’en est que plus compliquée par ce facteur extérieur. »

img_1869Comment se passe ton année en tant qu’arbitre ? en tant que formateur ?

« Mon année basket débute très tôt. Comme les joueurs, je me prépare physiquement et mentalement dans deux buts : le premier est bien évidemment de revalider mon niveau d’arbitrage au stage de début de saison organisé tous les ans par la Zone Ouest, et donc de ne pas perdre mon niveau acquis. Le second est évidemment de viser la performance sur le terrain, et d’être prêt à gérer toutes les éventualités sur les matchs que nous allons avoir pendant presque 8 mois. Cette préparation est importante pour toujours atteindre l’objectif d’être au service du jeu. Pendant l’année, les matchs et les stages s’enchaînent, toujours avec du travail vidéo, physique et mental pour être prêt, et au service du jeu ! Enfin, après la saison, je m’accorde 1 mois de « repos basket » et la saison suivante approche déjà à grands pas ! En tant que formateur, j’ai la chance depuis l’année dernière de faire partie de la Commission Départementale des Officiels de Charente-Maritime et de former de jeunes arbitres. Pour moi, plus qu’un plaisir de le faire, c’est un devoir. Le devoir de transmettre ma passion à ces jeunes, comme d’autres ont su le faire pour moi auparavant. Il faut toujours renvoyer l’ascenseur, et je m’efforce de le faire par mon rôle de formateur que je prends tout aussi à cœur. J’encourage donc, tous les jeunes à venir se former, l’arbitrage est une formidable école de la vie, qui m’a permis de vivre beaucoup de choses fortes, j’ai eu la chance de faire des choses que je n’aurais jamais pensé faire, grâce à cette passion. Ce n’est évidemment pas tous rose tous les jours, et je l’ai aussi vécu, mais quel beau parcours quand on aime la fonction, quelle belle passion croyez-moi. »

Quelle est ton ambition ?

« Mon ambition est simple : aller au plus haut niveau dans lequel je serai un bon arbitre. En somme, je ne veux pas me fixer un niveau « à atteindre » juste pour me motiver et essayer d’arriver en haut de l’échelle. J’aimerais un jour toucher au haut-Niveau de l’arbitrage (qui commence en Nationale 1 Masculine) et je me donne les moyens afin de mettre les chances de mon côté, cependant, je ne veux pas me fixer de niveau à atteindre dans ce « haut-niveau » car je préfère être un très bon arbitre dans une division inférieure, qu’un mauvais arbitre dans la division du dessus, toujours pour être au service du jeu ! »

img_1637

Régis Bardera

As-tu un modèle ? Pour quelles raisons ?

« J’ai beaucoup d’arbitres que j’admire : M. LAMONICA, un arbitre Italien d’Euroleague, que j’admire énormément. M. Eddie VIATOR, qui est l’un des Français les plus reconnus aujourd’hui sur la scène internationale (pour preuve ses différentes finales de Coupe du Monde et des Jeux Olympiques). Mais j’avoue avoir aussi beaucoup d’arbitres que j’admire en France : M. Régis BARDERA en est un, et j’apprécie grandement son travail sur le terrain, M. Joseph BISSANG aussi est un grand arbitre. La liste est longue et pourrait encore s’élargir mais beaucoup d’arbitres sont reconnus pour leur talent et je les admire tous autant les uns que les autres d’être arrivés à ce niveau dont je suis encore loin aujourd’hui ! »

Propos recueillis par 5by5.fr (Mallory Boutet) en novembre 2016, publié le 13/12/2016

Robin : « Merci à toi Mallory d’avoir permis de mettre en avant la fonction d’arbitre ! »

Merci à ceux qui ont eu le courage de me lire et à bientôt sur les terrains !!!

5by5 souhaite le meilleur à Robin !

À propos Mallory

Passionné par le sport et la communication sportive, Mallory est depuis 2014 responsable du site 5by5.fr. N'hésitez-pas à le contacter pour une demande d'interview ou pour toutes autres demandes par rapport à 5by5 !
x

A lire ensuite

Les Eagles Ladies en pleine forme !

Cette après-midi, les joueuses de Chauvigny se sont imposées face à l’Asptt, une deuxième victoire ...

Les U15F du Stade Poitevin se relancent !

Après une défaite à la Rochelle la semaine dernière, les joueuses U15F (Nouvelle Aquitaine) du ...