Lisa Cluzeau : « Mon objectif, décrocher mon premier contrat pro dans les années à venir… »

25 novembre 2021

Partagez cette actu !

L’été dernier, l’équipe de France U18 a remporté le Challenger Européen de Heraklion avec notamment la jeune joueuse évoluant à Mondeville, Lisa Cluzeau qui a connu ses premières sélections avec le maillot français, et qui en garde de très bons souvenirs. Puis elle a repris le chemin du centre de formation de son club actuel en septembre où elle jongle encore un peu entre les pros et le centre, avec un objectif simple, décrocher son premier contrat pro dans les années à venir. Comment a t-elle vécue son été avec l’équipe de France U18, comment se passe son début de saison à Mondeville, elle s’est confiée à 5by5 !

Salut Lisa, comment avais-tu vécu l’année « Covid » pour commencer ?

« Bonjour à tout le monde, déjà d’un point de vue personnel, j’ai été touché par le covid mais sans trop de symptômes donc ça va et j’ai eu la chance de ne pas avoir eu de forme grave chez mes proches également, donc c’est quand même le plus important.

Ensuite en tant que centre de formation, on a pu continuer à s’entraîner même si les matchs N2 et U18 se sont arrêtés en novembre, il y a un an. Mais j’ai l’opportunité depuis 2 ans, d’avancer avec l’équipe pro et de beaucoup m’entraîner, j’ai fait quelques apparition en ligue 2. Donc je n’ai pas eu un temps de jeu énorme mais j’étais reconnaissante de pouvoir jouer un petit peu, faire des déplacements, être vraiment dans un contexte de compétition, ça ne s’est pas trop arrêté pour moi. »

Puis cet été tu as pu participer avec les bleues, U18, à une compétition que vous avez remporté en étant invaincues ! Bravo ! Avant d’en parler, qu’est-ce que cela représente pour toi de porter le maillot bleu et de chanter la Marseillaise ? 

« C’est une fierté immense, surtout le premier maillot. Lors du premier match, j’ai chanté la marseillaise et à un moment tu lèves la tête, il n’y avais pas trop de public évidemment, mais rien que voir les drapeaux et se rendre compte d’où on est, de repenser à ce que l’on a fait pour en arriver là et tout ce que l’on peut encore accomplir.. j’ai souri, évidement j’étais fière d’imaginer mes proches, les quelques français qui nous regarder.

À notre petite échelle, on représente notre pays, ce n’est pas rien, et ça donne vraiment envie et la force de tout donner et de défendre nos couleurs. Que ce soit sur ou en dehors du terrain, on doit être irréprochable. »

Evoquons cette compétition qui s’est déroulée à huit-clos vu le contexte, tu es jeune, comment réagis-tu à cela ?

« C’est frustrant, c’est sûr, même si on été habitué maintenant aux salles vides. Mais c’est vrai que pour l’ensemble de l’organisation déjà, on était bloqué dans l’hôtel (même si l’on était pas malheureuse dans notre 5 étoiles 😅), on a pas du tout pu voir l’île, ni se mélanger avec les autres nations. Ensuite pour les matchs, ne pas avoir nos parents, nos proches qui aient pu se déplacer, cela fait un vide et il a manqué cet engouement des supporters, mais on savait qu’ils étaient là derrière nous, qu’ils nous ont regardé et franchement, une fois que tu es dans la compétition, le contexte n’a pas plus vraiment d’importance, c’est un truc de fou d’être là, on a eu la chance de pouvoir vivre un peu notre rêve alors covid ou pas, ça ne change pas notre motivation. Pour moi en tout cas , ça ne pose pas trop de problème.« 

Sur le plan sportif pour toi, quel a été ton rôle dans cette équipe de France l’été dernier ? Es-tu satisfaite de toi , de tes performances ? Pourquoi ?

« Pour moi, c’était un vrai défi cet été, parce que je commence petit à petit à me développer sur le poste 1 depuis la saison dernière, j’ai encore beaucoup à apprendre et je dois m’habituer même si je continuerai à évoluer sur les deux postes (1 et 2). Mais très vite depuis le début de la préparation j’ai été utilisé davantage à la mène, alors faire toute une campagne en tant que meneuse c’était un sacré pari.

Donc en 3eme meneuse, pour le coup je suis assez satisfaite, je ne m’attendais pas à un temps de jeu énorme forcément et un petit regret pour les deux derniers matchs, mais dans l’ensemble assez contente, j’ai vraiment progressé et j’ai finalement réussi à m’adapter au jeu qui est très différent de ce que l’on a l’habitude de produire à Mondeville. Donc une bonne expérience de ce côté là. »

On avait qu’un seul objectif depuis le début de la préparation, c’était de gagner ! »

Collectivement, vous avez remporté cette compétition, bravo ! Qu’est-ce qui a fait la différence dans les matchs ? Quelle a été votre force ?

« On avait un bon groupe, techniquement je pense que l’on a les meilleures joueuses à chaque poste. On a respecté ce qui était demandé et donc le jeu et la mentalité propre aux équipes de France. C’est passé par la défense évidemment, on était très agressives, et le collectif, la capacité à vouloir faire jouer l’équipe d’abord pour que les individualités plus fortes puissent s’exprimer. On avait qu’un objectif depuis le début de la préparation, c’était de gagner.

On a jamais été vraiment dominée, ça aide, même quand c’était un peu plus dur contre l’Espagne, on a pas baissé en intensité et je pense que l’on avait un caractère d’équipe assez fort qui peut faire la différence.« 

Avant d’évoquer le début de saison à Mondeville, personnellement, que retiens-tu de cette compétition sportivement et humainement de cet été ?

« Au niveau du basket, j’ai appris à jouer sur des principes de jeu différents et aussi contre des styles qui sont propres à chaque nations et que l’on a pas l’habitude de voir en France. J’ai dû durcir mon jeu aussi, et surtout ça permet d’être face aux meilleures joueuses de notre génération en France et quelques-unes en Europe et de me rendre compte d’où je me situe, ce que je dois travailler.

C’est aussi très enrichissant humainement, forcément on a vécu 1mois ensemble, on découvre d’autres façons de fonctionner même si l’on ne peut pas toutes s’entendre à merveille mais au final, on est tous là pour les mêmes raisons et la fierté, la victoire on la partage. Et aussi par rapport aux adversaires, de les regarder chanter leurs hymnes et de voir que finalement, on est toute dans le même état d’esprit, même pour certaines comme l’Israël, avec un contexte pas facile dans leur pays, qui donnent leur vie sur le terrain. On ne peut que prendre exemple de tout de ce que l’on peut voir parce que l’on est toute petite au final. »

Lisa, où joues-tu depuis septembre ?

« Cette année, je suis toujours à Mondeville, c’est ma 4éme saison au centre de formation donc j’ai plutôt un rôle de leader sur le terrain, on a des gros objectifs pour remonter et montrer que l’on est toujours là malgré le contexte compliqué et que l’on ne mérite pas tout ça. Pour la Ligue 2, l’objectif collectif est le même : Remonter en ligue féminine. Personnellement, je vais faire mon maximum pour apporter à l’équipe, aux entraînements, et lorsque l’on me donnera ma chance d’entrer en jeu. C’est vraiment une année de transition pour moi que ce soit de niveau ou de poste de jeu, donc j’ai vraiment hâte de continuer à apprendre et progresser avec le gros effectif que l’on a cette saison. »

Comment se passe le début de saison et que penses tu de tes performances du coup ?

« Ça se passe plutôt bien, il y a de vrais objectifs que ce soit avec les pros ou le centre, on vise la montée donc il faut élever le niveau. Je m’entraîne beaucoup avec la ligue 2 donc je progresse je le sens, pas trop de temps de jeu pour l’instant mais voilà des gros objectifs, c’est sur, donc il faut assurer chaque match et quand mon tour viendras je serai prête !
En Nf3 et U18, on fait des gros scores, il n’y a pas grand chose à en tirer malgré 2/3 matchs qui ont quand même été intéressants. On essaie de se construire pour la deuxième partie de saison, et j’ai hâte d’arriver sur ces gros matchs, je fais partie des leaders cette saison donc je veux vraiment leur apporter tout ce que je peux, c’est ce que je fais donc je suis plutôt contente. »

Quels sont tes objectifs à court et long terme ?

« Pour l’instant, je continue mon parcours au sein du club donc je jongle encore un peu entre les pros et le centre mais l’objectif, c’est vraiment de trouver ma place, un temps de jeu en ligue 2, et décrocher mon premier contrat pro dans les années à venir. Ensuite seul l’avenir nous le dira mais l’objectif reste le même : atteindre le plus haut niveau possible avec une préférence pour l’Euroligue sans oublier les équipes de France toutes catégories. »

Un grand Merci à Lisa.C pour l’interview ! Tous pour l’égalité garçons / filles ! Soutenons le centre de formation de l’USO Mondeville ! #matchpourlégalité

Découvrez notre collection, avec des designs exclusifs !

Tee-shirts, sweats et débardeurs premiums, vestes training, polos. Homme, femme et enfant. Vous trouverez également des tasses et autres goodies. Tout est personnalisable !

C’est facile de soutenir 5by5.fr !

Auteur
Mallory

Mallory

Passionné par le sport et la communication sportive, Mallory est depuis 2014 responsable du site 5by5.fr. N'hésitez-pas à le contacter pour une demande d'interview ou pour toutes autres demandes en rapport avec 5by5 !