« Le basket et l’écriture se conjuguent plutôt bien… ! »

Cyrielle Recoura 27 ans est une basketteuse originaire de la région grenibloise qui lie sa passion pour le basket mais également pour l’écriture ! En effet, elle a notamment décrocher le prix Coup de Cœur des Lectrices de Femme Actuelle ! Comment fait-elle pour lier ses deux passions ? Interview inédite 5by5

Cyrielle, présente-toi en quelques lignes, qui es-tu ?983628_10206300461574629_5784816496372168978_n

« Je m’appelle Cyrielle Recoura, j’ai 27 ans et je suis originaire de la région grenobloise. Je suis basketteuse professionnelle au Limoges Avenir Basket Club en Limousin, en Ligue Féminine 2, depuis trois ans. Avant cela, j’ai joué pendant huit ans à l’Etoile de Voiron Basket Féminin. »

En 2002, suite au dépôt de ton club, tu as décidé de partir à Toronto, pourquoi ce choix ?

« J’avais toujours voulu partir à l’étranger dans le cadre de mes études. Il était prévu que je parte faire un échange universitaire au Canada, avant même que j’apprenne le dépôt de bilan de l’Etoile de Voiron ! Ça a été une coïncidence heureuse pour moi. Là-bas, j’ai fait partie de l’équipe de basket-ball universitaire de York University, ce qui m’a permis de découvrir un championnat moins technique mais beaucoup plus physique que le nôtre. Cette année à Toronto restera l’un de mes plus beaux souvenirs. »

Lors de ton retour en France, tu signes à Limoges, un club emblématique, c’est toi qui l’a décidé, comment s’est fait cette signature là-bas ? Limoges t’a contactée ? Expliques-nous.

« Vers la fin de mon année canadienne, je me suis rapprochée d’un agent pour m’aider à trouver un club, en vue de mon retour en France. Il a pris plusieurs contacts, parmi lesquels le Limoges ABC, dont j’avais eu de bons échos par Bertrand Parvaud (ancien coach du LABC, qui m’a coachée à l’Etoile de Voiron). J’ai échangé avec le coach Maxime Bézin et, comme le projet sportif me plaisait, j’ai décidé de m’engager avec le LABC. »

Qu’est-ce qui a été le plus dur là-bas pour toi ?

« Comme chaque saison, il y a des matchs plus difficiles que les autres, quelques coups durs et désillusions… Comme par exemple, l’accumulation de blessures cette année et le fait qu’on ne se soit pas qualifiées pour le Final 4. Mais je ne suis pas du genre à m’appesantir sur ce genre de déceptions, je préfère retenir le meilleur et aller de l’avant. »

A côté du basket, ton autre passion est l’écriture, qu’est-ce qui a fait que tu es devenue fan pour cela ?

« J’ai toujours adoré lire. Enfant, je dévorais bouquin sur bouquin. Lorsque j’avais dix-huit ans, j’ai commencé à construire une histoire dans ma tête puis à la coucher sur papier. Quelques années plus tard, après bon nombre de reprises et de modifications, c’est devenu un véritable roman, intitulé Le carrousel. L’an dernier, j’ai décidé de le publier en autoédition, pour concrétiser mon rêve d’avoir mon livre « en vrai » dans une libraire. »

10250257_10206399406848086_1105670247782716067_nComment as-tu fait pour gérer à la fois le basket et à la fois l’écriture ?

« Le basket et l’écriture se conjuguent plutôt bien ! Comme je suis pros, je n’ai pas besoin de travailler à côté du basket donc je dispose de pas mal de temps libre, que je peux consacrer à l’écriture. Le plus difficile a été d’allier études, basket et écriture. L’école d’ingénieur demandant un gros investissement, j’ai dû mettre de côté l’écriture pendant un long moment. Mais aujourd’hui, j’ai tout le temps nécessaire pour m’atteler à mon second roman ! »

Ton ambition pour la suite, tu la vois plus dans le basket ou dans l’écriture ?

« Une carrière de basketteuse n’est pas éternelle, loin de là. Je continuerai à jouer tant que je prends du plaisir à le faire et que mon corps ne croule pas sous les blessures. Pour l’instant, c’est le cas, alors j’en profite à fond ! L’écriture ne présente pas autant de contraintes, donc j’espère pouvoir continuer à écrire le plus longtemps possible. Prochaine étape : sortie nationale de mon premier roman Le Carrousel, le 13 juillet, en espérant qu’il soit accueilli avec enthousiasme ! »

Tu as gagné différents titres dans le basket et tu as reçu le prix du roman 2016 Femme Actuelle, une fierté pour toi ?

« Bien sûr, les titres apportent une certaine reconnaissance ainsi qu’un immense encouragement pour la suite. Décrocher le prix Coup de Cœur des Lectrices de Femme Actuelle m’a fait extrêmement chaud au cœur, je me suis dit : « Je me suis éclatée à écrire ce roman et, cerise sur le gâteau, les gens ont aimé le lire ! » Cela me donne encore plus envie de continuer. Mais je ne suis pas le genre de personne à courir après les trophées, j’essaye juste de faire ce qui me rend heureuse : si ça plait aux gens, tant mieux, sinon, tant pis ! »

Propos recueillis par 5by5.fr (Mallory) le 06/07/2016

À propos Mallory

Passionné par le sport et la communication sportive, Mallory est depuis 2014 responsable du site 5by5.fr. N'hésitez-pas à le contacter pour une demande d'interview ou pour toutes autres demandes par rapport à 5by5 !
x

A lire ensuite

Les U15F du Stade Poitevin se relancent !

Après une défaite à la Rochelle la semaine dernière, les joueuses U15F (Nouvelle Aquitaine) du ...

Louise Bussiere : « Ce titre est magnifique, nous sommes allées le chercher ensemble… »

Louise Bussiere et son équipe de Mondeville (U17F) ont remporté la Coupe de France face ...